La pluie nous fait du bien !

21b9762676e6e599646dd9db5eb75836Il pleut, il pleut bergère. Impossible de se balader, de randonner, de courir sur les trottoirs, de faire les soldes, c’est d’un triste ! Arrêtons de nous plaindre et de larmoyer, il y a assez d’eau comme ça.  En fait, la pluie nous fait du bien. 

Elle est riche en ions négatifs

Même si leur nom n’est pas très engageant, ces ions négatifs sont connus pour nous aider à lutter contre certaines maladies respiratoires (comme l’asthme) et la fatigue chronique car ils participent au renouvellement de l’air. 

Marcher sous la pluie

Voilà qui peut contribuer à la libération de nos auto-pollutions négatives. Dans cette pulsion originale, on peut détecter un désir de nettoyage psychologique. Le corps échauffé sous l’effet d’une action physique transpire et élimine les toxines. La pluie achève de façon bénéfique ce travail lié à une recherche d’équilibre en y ajoutant un mécanisme purificateur,

Se faire masser sous la pluie

En cabine de soins ! On s’allonge tout nu dans une position de détente. Des douches d’eau de pluie, chauffée à 37°, sont projetées sur le corps par les mains expertes d’une spécialiste qui connaît le système sanguin et lymphatique. Ce massage « sous affusion » est excellent pour effacer stress et anxiété. Il se pratique dans des centres de thalassothérapie. 

Ecouter la pluie tomber

Avez-vous compté le nombre de chansons, de cd ou de sites qui proposent d’écouter de la pluie en continu ?  Ce bruit monotone et régulier focalise l’attention, berce l’esprit, à la manière des vagues sur la grève. Non, le temps n’est pas pourri ou exécrable, la pluie la  calme et libère. Le bruit des gouttes contre les carreaux alors que nous sommes bien au chaud, l’arc en ciel majestueux quand la pluie laisse sa place au soleil…

(sources: signesetsens.com/ spaetc.fr)

Sommes-nous obsédés par la météo ?

pourquoi-caen-va-remplacer-cherbourg-dans-la-meteo-d-evelyne-dheliatS’il pleut, on soupire, on se plaint, on a des douleurs là ou là, on évoque l’humidité qui attaque nos articulations et nos maisons,  la tristesse de ce ciel gris.

S’il fait beau, mais un peu chaud, ça ne va pas non plus, mal de tête, insomnie, trop de soleil, qui, du reste, n’est plus ce qu’il était, et le jardin est fichu.

Sans parler de l’hiver qui, lui, nous rend carrément grognons…

La météo est devenue une obsession moderne. Cela commence comme un jeu : on prend son téléphone portable pour aller sur internet. Puis, devant la télé, télécommande à la main, on traque les détails : ce fichu anticyclone qui stagne comme un gros oedème, ah, il fait chaud en Corse, bon il pleut en Bretagne, tiens canicule à Bordeaux…vent, pluie, soleil, nous sommes tous scotchés devant la télé.

Pas suffisant ? Allez, un petit tour sur Google et tous les sites de météo nous offrent un menu détaillé sur 12 jours. On en veut encore : branchons-nous sur Europe n°1 par exemple pour savoir si la chaleur sera « accablante », le vent « modéré » ou le ciel « couvert ».

L’obsession du climat est à la hausse. On parle de la pluie et du beau temps partout et constamment.  Le temps qu’il fait est une passion partagée qui anime autant celui qui est sur le point de partir que celui qui reste chez lui mais a besoin de savoir quelles chaussures il doit mettre.

Et oui, aujourd’hui le temps est l’un de nos sujets de conversation favoris, ce qui n’a rien d’étonnant quand on connaît son influence sur notre humeur, sur la façon que l’on a de s’habiller et sur nos loisirs bien sûr.